Patrimoine

chateau_longeval_st_just_d'avray

La vocation culturelle de Longeval s’inscrit d’abord dans l’histoire et peut se réclamer de solides garants dans le passé. Au Moyen Âge, Longeval a été le siège d’une maison forte qui protégeait les accès à la haute vallée d’Azergues ainsi qu’à la baronnie d’Amplepuis dont elle dépendait au point de vue féodal.

Au XIXe siècle, le domaine passe aux mains d’une famille de notables lyonnais, les Terme, qui siègent dans les assemblées parlementaires ou départementales. On leur doit l’aspect actuel du Château. L’un d’eux, Jean-François Terme, maire de Lyon, réussit à acquérir l’estime des Lyonnais autant par ses qualités humaines et intellectuelles que par son dévouement à l’intérêt public. Hygiéniste convaincu, il fut un pionnier de l’amélioration des hôpitaux, du renouveau urbain à Lyon, sous le règne de Louis Philippe, et laissa des ouvrages sur l’approvisionnement en eau potable, le problème des enfants abandonnés, etc.

Ses fils, Joannès et Antonin Terme, maires des villages voisins de Saint Just d’Avray et de Chamelet, participèrent activement à la vie publique locale par leur engagement dans de grands travaux – comme le raccordement à la route de la vallée – et dans la protection patrimoniale. Antonin Terme fut ainsi le premier directeur du Musée des Tissus de Lyon. Leur frère, Frédéric Terme, fut un des fondateurs du journal Le Progrès de Lyon.

Comments are closed.